Facebook
Twitter
YouTube
Flux rss
Newsletter

Du Viagra pour maigrir?

viagraregime©AFP/HO Après l'utilisation faite par certains athlètes des pilules bleues pour accroître leur endurance sportive, une étude réalisée sur des souris en Allemagne montre que le Viagra aiderait aussi à brûler les graisses.

Des chercheurs de l'Université de Bonn qui avaient administré un traitement de Viagra à des rongeurs ont découvert que le médicament transformait les tissus adipeux de graisse blanche en graisse brune.

Même si la science ne s'est penchée que récemment sur la différence entre la graisse blanche et brune, cette dernière est considérée comme moins nocive, car au lieu d'être stockée par le corps, elle brûle des calories comme une chaudière.

Une étude, parue dans le Journal of Clinical Investigation l'année dernière, montre qu'une forme de cette graisse s'active chez l'homme lorsqu'il souffre du froid. Une autre recherche publiée dans Nature en 2012 a montré qu'une forme de cellules graisseuses brunes pouvait se former à partir de cellules blanches sous l'impulsion du sport.
Pendant l'étude allemande, les souris qui reçurent le traitement de Viagra pendant sept jours - à une dose dix fois supérieure à celle prescrite à l'homme - voyaient leur système transformer bon nombre de cellules adipeuses blanches en brunes.

À ce jour, le Viagra (aussi connu sous le nom de citrate de sildénafil) est utilisé contre les troubles érectiles, l'hypertension artérielle pulmonaire et le mal des montagnes.

Cette étude paraîtra dans la version papier de la prochaine édition de la revue Journal of the Federation of American Societies for Experimental Biology.

Voir tous les articles: International

Commentez!

Code de sécurité
Rafraîchir

Lundi 22 Juillet 2013Dis moi quel est ton parfum de glace favori, je te dirai qui tu es!

Vous êtes impulsif et idéaliste? Votre parfum de glace préféré est sûrement la vanille. Si vous préférez la glace à la fraise, alors vous devez être tolérant, loyal et introverti.

Vendredi 13 Juillet 2012Quand le psy devient nécessaire

Une sensation de mal être? Une lassitude pesante? Une dépression naissante? Ne vous laissez pas entraîner dans cette spirale de négativisme aspirant et redonnez d'emblée un petit coup de rein pour reprendre pied avant de chuter totalement. Ce petit coup de rein sera d'autant plus efficace si vous savez vous entourer du praticien idoine à même de vous faire passer ce cap difficile. Mais comment choisir dans ce dédale de psychiatres, psychologues, psychothérapeutes et autres psychanalistes? Femmes magazine va tenté d'y répondre...  Le monde de la psychanalyse baigne malheureusement encore bien trop dans une soupe faite d'à priori, de fausses idées et de méconnaissances. Entre les uns qui jugent hâtivement que le "psy" ne traite que les "fous" et les autres qui courent sur le divan de leur spécialiste au moindre souci au risque de ne plus se prendre en mains et se déresponsabiliser totalement, il existe heureusement un juste milieu fait d'une bonne dose de raison, d'auto introspection et... de bon sens, qualité qui a tendance à très nettement se diluer dans notre société. Un petit mot encore avant de se lancer à corps perdu dans ce labyrinthe de praticiens dont la disparité en fait la complexité: une personne bien entourée, communicante (non pas dans sa conception superficielle comme l'entendent trop souvent les ressources humaines des entreprises) et à l'écoute bénéficiera d'un terreau idéal pour un bien-être mental propre à surmonter tous ces caps difficiles qui jalonnent chacune de nos vie et sera donc moins enclin à se rendre chez un "psy". Guérir les maux de l'âme Titulaires d'un diplôme universitaire en médecine, les psychiatres ont donc une approche médicale des troubles. Spécialisé dans l'étude et le traitement des maladies mentales, le psychiatre soigne les troubles lourds (paranoïa, schizophrénie, trouble bipolaire, borderline, etc.) mais aussi les dépressions et autres problèmes "plus légers". Cependant, nullement besoin d'être atteint d'une quelconque psychose ou névrose pour solliciter un psychiatre; il intervient également pour des crises d'angoisse, des phobies ou des insomnies par exemple. Pour vous venir en aide, et après un entretien préalable, ce médecin aura recours, suivant la gravité du trouble, à l'écoute, au travail sur le corps ou aux médicaments psychotropes (anxiolytiques contre l'angoisse, antidépresseurs contre la dépression ou somnifères pour lutter contre l'insomnie par exemple). A noter que le psychiatre est le seul professionnel habilité à prescrire une hospitalisation lorsque c'est nécessaire. Toutefois, concernant les traitements médicamenteux, les avis diffèrent quant à leur justification. Effectivement ces produits permettent aux patients de "lutter" contre les symptômes de leur trouble mais pour beaucoup, cette solution ne s'apparente qu'à "un couvercle que l'on pose sur la marmite pour éviter les éclaboussures". Mais le problème reste bien entier à l'intérieur du malade et n'est donc aucunement résolu! Les risques de rechute sont donc bien présents...   Troubles psychologiques sociaux et psychosomatiques Comme le mentionne la Fédération française de psychothérapie, le psychothérapeute traite "les troubles psychologiques sociaux et psychosomatiques". En d'autres termes, les domaines d'activité de ce spécialiste sont très variés: il peut intervenir pour des soucis existentiels du quotidien tels une rupture amoureuse, un licenciement, un deuil, etc. Il est également efficace pour lutter contre la timidité, divers complexes, phobies ou autres traumatismes. Opérant moins en profondeur que le psychiatre, il est donc le spécialiste idéal pour qui est rebuté par la psychanalyse. Son travail consistera donc à permettre à son patient de modifier son comportement au quotidien en s'attaquant aux symptômes de son trouble. Ainsi par exemple, pour lutter contre la timidité, il va fournir les armes à son patient au travers d'exercices et de mises en situation. Petit bémol concernant le psychothérapeute: cette profession n'étant pas réglementée dans notre pays, chacun peut accrocher une plaque à sa porte et se considérer comme psychothérapeute au grand dam des vrais spécialistes qui pratiquent leur discipline avec professionnalisme et conviction. D'ailleurs leur spécialisation en psychothérapie vient souvent se greffer à une formation en psychiatrie ou en psychologie.  Pour faire un bilan Pour le docteur Gilles Michaux, président de l'asbl "Luxembourg Psychological Society", on peut prendre l'initiative de voir un psychologue "dès l'instant où l'on se pose des questions sur soi ou sur ce que l'on subit". Au contraire donc d'un psychiatre ou d'un psychothérapeute, le psychologue n'a pas vocation à soigner (à moins d'avoir suivi un cursus ou une formation spécifique en psychothérapie). Son rôle est donc plus spécifiquement de soutenir, conseiller et prévenir. De ce fait c'est le premier professionnel sollicité dès qu'il est question de problème d'ordre psychologique. Troubles du langage, stress au travail, échec scolaire, recherche d'orientation professionnelle, relation de couple etc. voici des exemples de situations pour lesquelles le psychologue peut venir en aide. Formé aux techniques d'entretien, il discute avec le patient, l'observe et analyse son comportement afin de cerner ses traits psychologiques et l'aider au mieux. Enfin Gilles Michaux ajoute également qu'un psychologue peut avoir pour vocation de "coacher" son patient afin de lui apporter le soutien nécessaire.    Pour mieux se connaître Autant le préciser tout de suite: il n'y a que très peu de psychanalystes qui exercent au Luxembourg. Pour autant il est intéressant de se pencher sur ce spécialiste qui est plutôt compétent pour qui veut réfléchir sur soi ou découvrir en soi les causes de ses souffrances. Ainsi, l'image du patient sur son divan et du spécialiste impassible assis et griffonnant sur son calepin n'est pas trop loin de la vérité. Effectivement, le but est de faire parler la personne afin de faire remonter en surface des éléments enfouis dans son inconscient. Attention toutefois, ces analyses sont longues et parfois douloureuses. Elles ne sont donc pas adaptées aux personnes fragiles. A noter également que le psychanalyste n'étant pas là "pour guérir", ce spécialiste n'est pas la personne idoine pour les dépressifs par exemple ou autres personnes désireuses de résoudre un problème ponctuel et particulier. Enfin, il faut savoir que les analyses sont très longues et c'est souvent d'un commun accord qu'on y met un terme (quatre, cinq, huit ou même dix ans). Il faut donc faire preuve en plus de beaucoup de motivation. Quel que soit le spécialiste choisi, l'un des points fondamentaux est de se sentir bien avec lui. Aussi, si vous sentez que "le courant ne passe pas", n'insistez pas et prenez l'initiative d'en voir un autre. Une confiance réciproque est ainsi indispensable et un "psy" consciencieux peut également prendre l'initiative de mettre fin à une thérapie s'il sent que cette confiance ne va pas dans les deux sens. Une bonne thérapie passera donc par le choix d'un bon spécialiste tant au niveau de sa formation que de sa personnalité. Jean-Marc Streit

Jeudi 3 Janvier 2013
Santé Produits bien-etre
Après les fêtes, place au décrassage

Les fêtes terminées, il est temps de penser à notre corps et de lui offrir un peu de répit. Après les heures de sommeil en moins et les orgies de nourriture, c'est l'heure de passer au décrassage.





Facebook
Twitter
Flux rss
Newsletter
YouTube
Disclaimer CIM