Des tenues en noir et blanc sur fond de pierres immaculées : Chanel s’est installée aux Carrières de Lumières en Provence pour son nouveau défilé numérique. Virginie Viard, directrice artistique, a fait défiler ses héroïnes punks au milieu des parois de pierres blanches s’inspirant du film « Le Testament d’Orphée » de Jean Cocteau.

Cette collection « croisière », présentée en dehors des Fashion weeks annuelles, a été tournée dans le centre d’art numérique des Baux-de-Provence, dans le sud de la France, et le film a été dévoilé sur les réseaux sociaux mardi en fin de journée. Un lieu symbolique pour la maison de couture puisque c’est ici que Jean Cocteau, ami de Gabrielle Chanel, a tourné « Le testament d’Orphée » avec Jean Marais (1960).

La pureté graphique de ce film a d’ailleurs inspiré la directrice artistique de Chanel, Virginie Viard pour une collection « très nette, d’un bicolore très tranché, fait de blanc éclatant et noir profond », selon un communiqué de presse. « En écho à l’extrême modernité du film de Cocteau, j’avais envie de quelque chose d’assez rock » qui se traduit par des franges, du cuir, des T-shirts, et des collants résille, portés avec des bottines blanches comme des babies argentées. Une collection nette et bicolore qui n’est pas sans évoquer la modernité des sixties. Les fleurs de Provence s’invitent sur les tenues de cocktails, les iconiques vestes en tweed se parent de charms brodés et le macramé se porte en cape : les références au poète français se mêlent ainsi à l’ADN de la maison de couture.

« J’espère que d’autres maisons suivront »

Un défilé digital qui s’est suivi d’une performance musicale de l’artiste Sébastien Tellier accompagné de personnalités comme Charlotte Casiraghi, Vanessa Paradis ou Juliette Armanet et Angèle qui a repris le tube de Britney Spears, Baby One more time.

Dans une interview mardi au magazine spécialisé WWD, le président des activités mode de Chanel, Bruno Pavlovsky, a dit espérer que la prochaine collection couture soit présentée à Paris en juillet lors d’un défilé physique alors que la France a entamé la levée progressive du confinement.

« J’espère que d’autres maisons suivront », a-t-il souligné alors que plusieurs poids lourds comme Saint Laurent, Celine ou Balenciaga suivent désormais leur propre rythme et dévoilent les films de leur collection en dehors des Fashion weeks qui, pandémie oblige, sont virtuelles. « J’espère que tout le monde réintégrera le calendrier officiel car la force de Paris réside dans ses Fashion weeks (…) Je pense qu’il faut retrouver un peu de discipline en termes d’organisation », a souligné M. Pavlovsky. « Cela n’empêche d’organiser des événements ailleurs pendant le reste de l’année », a-t-il ajouté.

Le défilé couture de Chanel en juillet devrait avoir lieu au Palais Galliera, musée de la mode de Paris qui avait brièvement rouvert en automne pour inaugurer une grande rétrospective consacrée à Gabrielle Chanel.

Le Grand Palais, lieu traditionnel des défilés Chanel depuis des décennies, a été fermé en mars pour des travaux prévus jusqu’en 2025.

À LIRE AUSSI