Karin Viard, Jean-Paul Rouve, Ramzy Bedia, mais aussi Denis Podalydès, Monica Bellucci ou Carole Bouquet : les frères David et Stéphane Foenkinos se sont entourés d’un large casting pour Les Fantasmes, comédie d’été à sketchs qui veut « parler à tout le monde ». En salle le mercredi 18 août.

Les frères Foenkinos ont encore frappé ! Après La Délicatesse et Jalouse, ils reviennent avec un troisième film au ton léger, Les Fantasmes. David, romancier à succès et dramaturge, accompagné de son frère Stéphane, scénariste, acteur et directeur de casting mettent en scène six sketchs, fous, scabreux et touchants. Avec un casting de rêve, six couples font face à des fantasmes courants ou plus rares, de l’exhibitionnisme à l’attirance pour la soeur de sa partenaire.

Des duos iconiques

Jean-Paul Rouve et Karin Viard discutent « gang bang » dans un lit, Ramzy Bedia tente de cacher ses attirances inavouables, Denis Podalydès essaye de séduire en costume de plombier… « On a voulu faire un film divertissant et assez plaisant sur un sujet qui parle à tout le monde », en six histoires courtes, explique David Foenkinos. « On dit souvent qu’un film à sketchs est inégal, mais chacun y trouvera sa préférence ».

Au casting, les réalisateurs ont joué à « créer des couples inédits », dont certains avaient un « vrai désir » de jouer ensemble, comme Karin Viard et Jean-Paul Rouve. Sur le plateau, « Carole Bouquet envoyait des textos à ses amis je vais vivre ton fantasme, me retrouver au lit avec Monica Bellucci!« , raconte-t-il.

Fantasmes inavouables

« Tous les fantasmes évoqués sont réels », souligne le coréalisateur. Avec son frère, ils ont établi une liste de 250 « paraphilies », certaines « dans lesquelles beaucoup des gens peuvent se reconnaître », à d’autres, « plus tordues, amusantes ou extrêmes« , comme de « transformer son conjoint en meuble ».

Ce dernier n’a pas été retenu au scénario, mais « tous les fantasmes ont un potentiel narratif fort« , souligne David Foenkinos, qui avait déjà adapté à l’écran avec son frère son roman La Délicatesse (2011), puis réalisé Jalouse (2017), tous deux faisant environ 770.000 entrées.