Fibre végétale vieille comme le monde (ou presque), le lin peut aujourd’hui se targuer de prendre une revanche bien méritée sur toutes les matières (plus polluantes) qui l’ont évincé de la scène mode ces dernières années. Omniprésent sur les podiums comme dans les rayons des enseignes de prêt-à-porter, le lin fait l’unanimité auprès des marques, mais aussi des consommateurs en Europe, aux Etats-Unis, et en Asie. Apprécié autant pour son confort et son style que pour son faible impact environnemental.

Longtemps associé au linge de maison et aux vêtements de plage, le lin fait depuis quelques saisons un retour triomphant dans nos armoires. Les marques se tournent vers la fibre végétale pour tenter de réduire leur impact sur la planète. Le lin est cultivé en majorité en Europe de l’Ouest, il ne nécessite pas beaucoup d’eau, d’engrais, et de pesticides et ne génère pas de déchets. Cette démarche est aussi un moyen de répondre aux nouvelles attentes des consommateurs. Ces derniers semblent d’ailleurs eux aussi voir le lin comme l’une des matières du futur, que ce soit pour des raisons liées au style comme pour ses nombreuses qualités environnementales.

Le lin, une matière en vogue

C’est ce que révèle une nouvelle étude menée par la Confédération Européenne du Lin et du Chanvre (CELC)*, en partenariat avec l’Observatoire économique de l’Institut Français de la Mode, auprès de milliers de consommateurs internationaux. Il en ressort notamment que chaque nationalité a sa propre perception du lin, mais que la fibre végétale jouit d’une popularité grandissante aux quatre coins du monde.

L’engouement pour le lin n’est pas surprenant au regard des préoccupations des consommateurs à travers le monde. Les Italiens (84%) et les Britanniques (69%) confient par exemple souhaiter privilégier les fibres naturelles dans leurs achats de vêtements en 2021. Un constat qui ne se rapporte pas qu’au prêt-à-porter, puisque, dans une moindre mesure, les fibres naturelles sont également très appréciées dans l’univers de la décoration.

Résultat, dans le prêt-à-porter, le lin se hisse à la deuxième place des matières préférées des consommateurs français et chinois, juste derrière le coton. Dans le détail, une personne sur cinq en Chine considère le lin comme sa matière préférée, contre un consommateur sur dix en Inde, où la soie fait l’unanimité depuis des siècles. Force est de constater que les vêtements composés de lin auront la cote en 2021.

Une fibre confortable

Pourquoi les consommateurs se tournent-ils de plus en plus vers le lin ? On a tendance à mettre en avant les qualités environnementales de la fibre végétale, mais ce ne sont pas ses seules caractéristiques. La légèreté et le confort sont les principaux facteurs cités par les Français pour justifier leurs achats. La fraîcheur de la fibre fait l’unanimité en Italie et en Chine, tout comme le style est primordial en Inde et au Royaume-Uni.

Il est d’ailleurs étonnant de voir que les représentations du lin diffèrent considérablement en fonction du pays sondé. Les consommateurs européens et indiens associent la matière à une chemise et à une robe estivale, tandis que les Chinois y voient avant tout une veste. Un Indien sur cinq la rapproche d’un vêtement traditionnel, le « kurta ».

Une culture éco-responsable

L’étude révèle toutefois que « les critères qui poussent à acheter un produit en lin ‘responsable’ sont basés sur l’impact environnemental du tissu, en particulier pour les consommateurs chinois ». Ils reposent également sur une production respectueuse de l’environnement pour les Indiens, les Italiens, et les Chinois. Une écrasante majorité de consommateurs en France, au Royaume-Uni, et aux Etats-Unis dit être intéressée par l’obtention d’informations sur la traçabilité environnementale ou sociale du produit.

« Les résultats offrent de nouvelles perspectives sur de vastes marchés qui, pour certains, sont appelés à devenir très stratégiques. De par leurs longues traditions textiles dans d’autres secteurs ou matières, on perçoit de la part de ces pays à fort potentiel de croissance une oreille attentive à l’origine et à la culture du lin européen et de l’utilité de sa certification European Flax®. « Ce terreau favorable doit absolument être  cultivé et accompagné d’actions ciblées de marketing et de développement en partenariat avec la distribution mode et maison », commente Marie-Emmanuelle Belzung, déléguée générale de la CELC.

* Le Baromètre du Lin 2021 a été réalisé auprès de 6.600 consommateurs répartis dans 6 pays : la France, l’Italie, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine et l’Inde. Dans chaque pays, 1.100 consommateurs de plus de 18 ans ont été interrogés.