Le gala des « Out d’Or » organisé par l’Association des journalistes lesbiennes, gays, bi, trans et intersexes (AJL) a consacré lors de sa 4e édition la DJ Leslie Barbara Butch comme « personnalité LGBTI de l’année ».

L’artiste qui milite contre la grossophobie et pour les droits des minorités s’est vu remettre le prix par la dessinatrice Pénélope Bagieu. Elle succède au chanteur Bilal Hassani, ex-candidat de la France à l’Eurovision.

Trouver des modèles

Émue, Leslie Barbara Butch a tenu à rappeler l’importance de rendre visibles les personnes LGBTI et autres minorités, soulignant qu »‘étant une meuf grosse, gouine, de 40 ans« , elle avait dû grandir sans « modèle de représentation » dans lequel s’identifier. « J’ai essayé d’être la personne que je rêvais de voir quand j’avais 15 ans« , a-t-elle poursuivi.

Pendant le confinement, en 2020, la DJ avait organisé des concerts les samedis soirs sur les réseaux sociaux, accessibles aux personnes entendantes mais aussi aux personnes sourdes. Et en février 2021, l’artiste, qui est aussi égérie de Jean Paul Gaultier avait posé nue en couverture du magazine Télérama pour dénoncer la grossophobie.

Briser les tabous

La cérémonie, qui était diffusée sur les réseaux sociaux, sur Mediapart et sur France 3, a également consacré l’engagement et le travail d’autres personnalités. Les journalistes Lyes Houhou et Arnaud Bonnin ont remporté le « Out d’Or du documentaire » pour Il faut qu’on parle, diffusé en juin sur Canal+ dans lequel six champions français brisaient le tabou de l’homosexualité dans le sport. « On était convaincu que c’était vraiment la seule possibilité de faire bouger les choses« , a expliqué Arnaud Bonnin en recevant le prix.

Le « Out d’Or de l’enquête/reportage » a lui été attribué aux journalistes David Perrotin et Youen Tanguy pour leur enquête sur le « suivi défaillant des jeunes LGBT » dans l’association le Refuge publiée dans Médiapart. Cette année, un nouveau prix célébrant « un coup d’éclat éditorial » était remis. Il a été décerné au journal Le Quotidien de la Réunion pour sa Une et son reportage sur la Marche des Fiertés.

Covid et VIH

Lors du gala, l’AJL est revenue sur le traitement médiatique des épidémies de Covid-19 et de VIH. « On a parfois récemment eu l’impression que l’histoire se répétait », a relevé Ingrid Therwath, co-présidente de l’association. C’est pourquoi, la cérémonie était placée « sous le signe de ces quarante ans de lutte ». Des acteurs de la lutte contre le VIH, telles que l’épidémiologiste Dominique Costagliola, l’une des plus grandes spécialistes du VIH en France, et Christophe Martet, ancien président d’Act-Up, ont reçu à cette occasion un « Out d’Out d’honneur ».