Egérie du parfum de Carolina Herrera, Good Girl, la top Karlie Kloss réitère pour cette nouvelle création, l’Eau de Parfum Légère. A l’instar de la fragrance originale, elle révèle toute la dualité qui nous incarne. Entre good girl et mauvaise fille, pourquoi choisir ? Karlie Kloss s’y refuse. Engagée pour les droits des femmes, tour à tour top-model puis ingénieure et philanthrope, New-Yorkaise de coeur. Rencontre avec celle qui prouve que tout est possible.

Ce parfum s’inspire de femmes fortes, pensez-vous que les parfums peuvent donner du pouvoir ? Comment ?

Oui, je crois. Good Girl Eau De Parfum Légère me remonte le moral et me donne confiance en moi. Il me fait aussi vibrer parce qu’il a un côté coquin. Cette combinaison me procure un certain pouvoir.

Comment définiriez-vous l’esprit de cette nouvelle création olfactive ?

Good Girl, c’est l’autonomisation, le mystère féminin, le fait d’oser être « Badass ». Ce parfum me rappelle que s’amuser et être un peu méchante, c’est parfois bien. La perfection vient du fait de se permettre d’être qui on veut.

Vous avez dit à propos du parfum original qu’il représentait la force, la beauté et la confiance et que tout en lui était spécial. En quoi l’Eau de Parfum Légère Good Girl diffère-t-elle du parfum original ?

Il s’agît davantage d’une question de réalisation de soi, d’atteindre ce que l’on veut dans la vie et de réaliser ses rêves. L’Eau de Parfum Légère me fait réfléchir aux rôles que je veux assumer et me donne la confiance nécessaire pour les assumer.

Le point de départ de l’Eau de Parfum Légère a été le duo de jasmin et Tonka. Dans les parfums, préférez-vous les fleurs ou les notes sucrées ?

Je les aime toutes ! Faut-il choisir ? J’aime les fleurs et les notes douces comme Dulce de Leche. Je ne connaissais pas beaucoup le jasmin avant Good Girl, mais maintenant je l’adore. C’est une fleur étonnante et magique, son odeur change la façon dont vous vous sentez dans votre propre peau.

Vous avez ouvert de nombreux défilés de mode Carolina Herrera et vous avez marché pour la maison à de nombreuses occasions, que signifie la marque pour vous ?

L’élégance naturelle, le chic sans effort et l’intégrité. Travailler avec Carolina Herrera et Carolina Herrera de Baez m’a fait prendre conscience de l’importance de l’héritage et de la fidélité aux valeurs de chacun. Je suis d’accord avec l’idée de Carolina Herrera sur le fait que la mode doit être une expression de soi. Quand je pense à New York, Carolina Herrera me vient à l’esprit. Carolina Herrera incarne New York avec sa confiance en soi et son style inégalé.

Vous avez lancé Kode With Karlie pour garantir des bourses d’études en informatique aux filles. Un objectif qui renforce l’autonomie des femmes. Pouvez-vous nous en parler un peu plus ?

Il y a tellement de potentiel avec le code, et pas assez d’opportunités pour les filles d’avoir accès à cet apprentissage. Je crois que la technologie et les industries créatives sont très proches. Le code est le langage secret qui construit toute l’architecture numérique pour tout ce sur quoi nous comptons. Il touche toutes les industries, il est donc essentiel que notre prochaine génération puisse utiliser le code pour construire et façonner notre avenir.

Vous vous battez pour l’égalité des droits. Quand avez-vous décidé qu’il était important pour vous de faire la différence ?

J’ai pensé que quelqu’un devrait pousser les filles dans cette direction et leur ouvrir les yeux sur les façons créatives d’appliquer le code. Grâce au code, les barrières ont été abattues. C’est passionnant parce que vous pouvez avoir une idée et l’intégrer dans quelque chose de réel, et qui peut être mis à l’échelle. Une jeune fille de 26 ans peut se responsabiliser et créer quelque chose qui lui appartient grâce au code. C’est un vrai pouvoir. C’est vraiment passionnant parce que tout est possible.

En dehors du mannequinnat et de votre travail caritatif, vous êtes également retournée étudier à l’université de New York. Pourquoi avez-vous décidé de reprendre des études d’informatique et d’ingénieur logiciel ?

Après avoir terminé le lycée, je me suis entièrement consacrée à ma carrière de mannequin. Je voyageais beaucoup, et après un certain temps, j’avais l’impression de ne pas investir assez de temps dans ma vie ou dans mes études. J’aime la mode, mais je suis totalement une intello dans l’âme. J’ai toujours aimait la science et a toujours voulu comprendre comment les choses fonctionnent. J’ai rencontré quelqu’un qui enseigne le codage lorsque j’ai suivi mon premier cours de codage à l’école Flatiron. Je cherchais quelque chose de nouveau à apprendre, un nouveau défi pour me prouver que j’en étais capable. Je n’ai pas nécessairement suivi ce cours de codage avec l’intention d’en faire quoi que ce soit, mais il m’a ouvert les yeux sur la puissance réelle d’un code outil, ce qui m’a inspiré à lancer Kode With Klossy un an plus tard.

Vous avez été découvert très jeune, à 13 ans. Avez-vous toujours voulu être mannequin ?

Je n’ai jamais pensé à être mannequin, je n’ai jamais su que ce métier existait ! Je connaissais Naomi Campbell, Claudia Schiffer et Christy Turlington, mais cela semblait hors de mon domaine. Mais j’étais accro quand j’ai commencé ! C’était en 2008, j’avais 15 ans quand j’ai été engagée pour la Fashion Week de New York. J’ai pensé : « Il n’y a pas moyen que quelqu’un me book, mais c’est bien d’aller voir des gens. » J’avais mes talons hauts et une petite robe noire que ma mère m’avait achetée, qui est devenue par la suite mon porte-bonheur que j’ai continué à porter encore et encore lors des castings.

Quelles sont les leçons que vous avez tirées de la mode et du mannequinat ?

Les dix dernières années ont été une sorte de voyage extraordinaire. J’ai beaucoup appris des voyages, des équipes avec lesquelles je travaille et de l’industrie vraiment créative dont j’ai pu tirer des enseignements. Cette expérience m’a ouvert les yeux et m’a appris qu’avoir du plaisir à faire son travail ne signifie pas que l’on ne le prend pas au sérieux !

À l’école, vous étiez la plus grande, plus que votre professeur. Que diriez-vous à toutes ces filles et à tous ces garçons qui sont traités différement en raison de leur apparence ?

C’est dur d’être une fille de 13 ans. Il y a une pression pour s’intégrer, et j’ai toujours eu l’impression d’être la plus étrange. Venir à New York et travailler dans la mode m’a beaucoup aidée. On m’appréciait pour ce qui me rendait différente. L’autonomisation vient du fait d’être fidèle à soi-même, même si cela signifie être différent.

New York est aussi énergique que ce parfum, quels lieux vous font vibrer ?

New York est une source d’inspiration constante. Il y a de l’inspiration partout si vous êtes ouvert à elle. Il y a toujours quelque chose qui se passe, son énergie est contagieuse. J’adore The Little Cupcake Shop, The Whitney et Central Park.

À LIRE AUSSI