Dès le début de la crise de la COVID-19, le ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes a renforcé sa collaboration avec les institutions policière et judiciaire et avec ses organisations partenaires afin d’unir les forces et ainsi d’éviter une augmentation substantielle de la violence domestique au Luxembourg.

Alors que le confinement de mars avait engendré un peu partout en Europe, une augmentation très nette des cas de violences conjugales, chaque pays s’était engagé pour aider les victimes à se sortir de cette emprise. C’est le cas notamment du Grand-Duché qui, grâce à l’action de Taina Bofferding et du ministère de l’égalité, a mis en place un dispositif de gestion de crise, qui prévoit notamment un monitoring hebdomadaire sur l’évolution de la violence domestique, le développement du site d’information violence.lu et la mise en place d’une helpline s’adressant tant aux femmes qu’aux hommes victimes de violence domestique.

Maintient des mesures d’aides

Avec les nouvelles mesures sanitaires prises par le gouvernement, notamment par rapport aux rassemblements privés et au couvre-feu, une vigilance globale reste de mise face au risque d’une escalade de conflits familiaux et de violences domestiques. C’est dans ce contexte que la ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Taina Bofferding, appelle à maintenir les mesures d’aide déployées et à assurer une prise en charge des victimes et auteur-e-s de violence domestique. Les services de police continuent d’intervenir pour aider les personnes victimes de violence et écarter l’auteur-e du domicile pendant le couvre-feu.

« Dans ces temps de crise, je tiens à réitérer que personne n’a à subir la violence domestique. Toute forme de violence reste réprimée par la loi et les dispositions légales ne sont pas suspendues par les mesures sanitaires. Au cas où vous subissez de la violence vous pouvez à tout moment vous libérer de l’emprise d’un-e partenaire violent-e. Il y a de l’aide. », souligne Taina Bofferding, ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes.

En cas d’urgence, joindre le 113

Pour rappel, en cas d’urgence, la police est à joindre au numéro d’appel 113, et pour tout conseil dès les premiers signes pouvant mener à un acte violent la helpline violence est joignable au numéro 2060 1060 sept jours sur sept, de 12 à 20 heures. En ligne, le site www.violence.lu rassemble une liste de contacts ainsi que des conseils pratiques pour obtenir de l’aide ou soutenir un proche concerné.

Communiqué par le ministère de l’Égalité des chances

À LIRE AUSSI