Exit la fast fashion, bonjour la seconde main. C’est le principe du défi #SecondHandSeptember, lancé début septembre par l’ONG Oxfam. L’idée ? Arrêter de succomber aux sirènes des nouvelles collections et d’investir dans des vêtements neufs. Friperies, location de vêtements, troc en ligne…On préfère se diriger vers des vêtements d’occasion.

Parce que chacun.e prend conscience – plus ou moins vite – de l’impact polluant colossal que représente l’industrie textile (1,2 milliard de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre par an), il s’agit de revoir nos habitudes de consommation en matière de vêtements.

C’est tout l’enjeu du défi lancé par Oxfam. Le principe ? S’abstenir d’acheter des vêtements neufs pendant tout le mois de septembre et mettre le cap sur les vêtements d’occasion.

La penderie partagée, une nouvelle manière de consommer ?

Pour rester stylée tout en disant stop au gaspillage vestimentaire, on commence par les solutions classiques : grand tour des fripes, troc en ligne… Puis, pourquoi ne pas pousser plus loin en se familiarisant avec le concept de penderie partagée ?

Ce service de location de vêtements fonctionne un peu à la manière d’une bibliothèque : on emprunte des vêtements pour une durée déterminée avant de les rendre et de s’en procurer d’autres. C’est notamment le cas  de « Un trésor dans mon placard« , fondé par la Dijonnaise et éco-designer Laurie Raphalen en janvier dernier. Au premier étage de ce local situé au cœur de la capitale des Ducs de Bourgogne, habits et accessoires sont à portée de main après souscription à un abonnement mensuel. 

Et si on craque pour un vêtement au point de ne plus vouloir le rendre, il est parfois possible de l’acheter pour une somme modique. C’est ce que propose Hylla, une autre penderie partagée.

Pour quantifier ses besoins en vêtements, on peut aussi s’inspirer de la blogueuse américaine Caroline Joy et de sa « capsule wardrobe », soit une garde-robe qui se limite au strict nécessaire, tout en veillant à y intégrer uniquement des tenues et des accessoires que l’on pourra associer avec style. Bref, tout un art. 

À LIRE AUSSI