Les femmes qui présentent un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ont deux fois plus de risque de développer une stéatose hépatique non alcoolique, dite « maladie du foie gras », que les autres femmes, indique une étude britannique publiée dans la revue médicale Plos Médecine.