Crédit photo : Orchestre Philharmonique du Luxembourg

A la tête de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg entre 1981 et 1996, Leopold Hager s’est vu remettre le titre de « chef honoraire » par l’Orchestre, hier lundi 11 janvier, à l’occasion du « Neijoersconcert ». La première représentation de l’année 2021, devant un public, conquis et en présence de la ministre de la Culture, Sam Tanson.


Chef de 1981 à 1996 de ce qui était à l’époque l’Orchestre symphonique de RTL, Leopold Hager a marqué la phalange bien au-delà, sur le plan artistique mais également en contribuant à pérenniser son développement tout en la préparant de manière exceptionnelle à ce qu’elle est devenue et représente désormais : l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg.

A ce titre, l’orchestre a souhaité honorer cette amitié en lui décernant le titre de «chef honoraire». Un certificat qui lui a été remis par la ministre de la Culture Sam Tanson au début du «Neijoersconcert».

Une carrière européenne et internationale

Originaire de Salzbourg où il a étudié au Mozarteum la direction d’orchestre, l’orgue, le piano, le violoncelle et la composition, Leopold Hager a fêté en octobre dernier, son 85e anniversaire. Directeur musical de ce qui était alors l’Orchestre symphonique de RTL, il a notamment invité les plus grands maisons d’opéra à travers le monde, dont le Metropolitan Opera de New York ou l’Opéra Bastille de Paris. Très demandé en Europe et à l’international, il a également dirigé l’Orchestre de Paris, le National Symphony Orchestra Washington ou encore l’Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia.

Au cours de sa carrière, Leopold Hager s’est fait particulièrement remarquer pour ses interprétations de Mozart, notamment d’oeuvres de jeunesse données en version concert et jusqu’alors rarement représentées, comme Lucio Silla, Apollo et Hyacinthus, Ascanio in Alba ou encore l’oratorio La Betulia liberata. Les captations de ces oeuvres, réalisées avec des chanteurs de premier plan, font encore référence. La vaste discographie de Leopold Hager comprend également l’intégralité des airs de concert et des concertos pour piano du compositeur autrichien.

À LIRE AUSSI