Lancée dans le milieu des années 80, lorsque tout n’était qu’opulence et excès, la montre Pasha de Cartier a pourtant su traverser les époques pour devenir un objet culte, infiniment luxueux et hautement désirable. Histoire d’une montre qui ne cesse de se réinventer.

Issue des archives de la maison de joaillerie et datée de 1943, cette montre aux lignes si particulières et aux détails puissants – sa grille, ses chiffres arabes, son cache-couronne et ses clous carrés – va inspirer quarante ans plus tard, le design du modèle Pasha.

Avec un nom en hommage au Pacha de Marrakech, fervent amateur de belle horlogerie et client fidèle de Louis Cartier, le ton était donné. Diamètre hors-norme, couronne enchaînée et or jaune en total look, cette montre devient statutaire dès son lancement en 1985. Un design extraverti, en phase avec l’hédonisme de l’époque, il n’en fallait pas plus pour la propulser au rand d’objet du désir. Elle cristallise la réussite. L’avoir à son poignet, c’est afficher son bonheur, son plaisir, être vu.

Un symbole d’empowerment

Rien d’étonnant donc à ce que, très vite, les femmes la subtilisent aux hommes et se l’approprient pour son côté résolument « powerful ». En couverture des magazines féminins ou portée par les plus influentes rédactrices de mode, la Pacha est partout, et même directement sur les poignets de chemises photographiées au sein des pages glacées de leurs éditions.

Véritable montre culte depuis sa création, elle a su dépasser l’époque et se réinventer. On compte depuis de nombreuses variations, dont la Pasha C, première à inaugurer l’acier en 1995 et la Pasha 32, plus précieuse, ouvertement féminine trois ans plus tard. En 2009, Cartier inaugure la Miss Pasha, plus fun dans cette version mini, joyeuse et colorée. Rien d’étonnant donc à ce que l’année 2020 voit elle aussi sa nouvelle Pasha, un modèle toujours plus sophistiqué aux bracelets interchangeables, avec fond saphir. Une nouvelle couronne et option gravure personnalisée : elle renforce ses fonctions et ses détails horlogers pour gagner en ergonomie sans jamais perdre en élégance ni en style.

À LIRE AUSSI