Après les annonces du gouvernement, les Français sont inquiets pour leurs vacances. Faut-il présenter le pass sanitaire à l’entrée de son lieu de villégiature ? Comment faire si l’on a reçu qu’une dose ? Et les enfants ? On fait le point.

Ca a été la douche froide pour beaucoup de Français. Le 12 juillet, lors d’une allocution télévisée, Emmanuel Macron a annoncé l’obligation de présenter son pass sanitaire dans les lieux de loisirs et de culture de plus de 50 personnes à compter du 21 juillet. À partir de début août, cette obligation sera généralisée aux cafés, restaurants, centres commerciaux, en plus des hôpitaux, maisons de retraite, établissements médicaux sociaux, et aussi dans les avions, trains et gares pour les longs trajets.

Faut-il présenter son pass à l’entrée du camping, de l’hôtel ou du club ?

Compte tenu des délais, les Français se demandent s’ils pourront partir en vacances, comme prévu. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a rapidement abordé la question des campings. Il a annoncé que « le pass sanitaire n'(y) est pas exigé », mais « si vous avez un restaurant qui accueille du public dans ces lieux, le pass sanitaire y est exigé ».

Qu’en est-il des clubs de vacances qui allient activités, restaurant et hôtellerie ? En d’autres mots, comment faire pour passer ses vacances à l’hôtel, au camping ou en club ? Selon les déclarations de Gabriel Attal, on peut conclure provisoirement, que le pass sanitaire ne sera pas obligatoire pour accéder à son lieu de villégiature. En revanche, si l’établissement compte un restaurant, alors il vous faudra présenter le pass si vous souhaitez vous attabler, même en terrasse. 

Concernant la piscine ou le spa, c’est le flou. Il faudra attendre les ajustements, dans les jours à venir, du ministère du Tourisme. On attend également des précisions quant à ceux qui n’auraient eu qu’une seule dose avant de partir en vacances –  les jeunes en majorité – et la possibilité d’enlever le masque dans les espaces communs. 

Pass sanitaire : quels documents présenter ? 

Lorsque l’on parle du pass sanitaire, on pense immédiatement au QR code disponible, après injection des deux doses, sur l’application Tous AntiCovid. Pour autant, il s’agit de la vaccination, de la présentation du test (antigénique ou PCR de moins de 48 heures), ou aussi « une preuve de rétablissement du Covid », c’est-à-dire un test PCR ou antigénique positif datant de plus de deux semaines et de moins de six mois. Il est possible de présenter un document papier attestant de la preuve négative au Covid19. 

Les nombreux Français convaincus par l’allocution d’Emmanuel Macron le 12 juillet dernier devront s’armer de patience. Car les délais de vaccination, pour être considéré comme complètement vacciné, s’élèvent aujourd’hui à quatre ou cinq semaines.

De plus, le délai varie en fonction du vaccin : deux semaines après la deuxième dose de sérum Pfizer, Moderna ou AstraZeneca. Ce à quoi s’ajoutent 9 à 12 semaines entre les deux doses du vaccin AstraZenaca. Autrement dit, les vacanciers qui s’y prennent aujourd’hui pourront espérer avoir un pass complet… à la fin de l’été. Il faudra donc se rabattre sur un test PCR ou antigénique négatif datant de moins de 48 heures. Le test restera gratuit jusqu’à l’automne. 

Pass sanitaire : et les jeunes ? 

Tous les Français de plus de 12 ans doivent être en capacité de présenter ce pass assorti d’un justificatif d’identité. Toutefois, le porte-parole s’est montré rassurant sur la vaccination des plus jeunes, éligibles seulement depuis le 15 juin. « Nous sommes pragmatiques et comme toujours, nous ferons prévaloir le bon sens », a précisé Gabriel Attal. Selon Olivier Véran, les 12-17 ans seront exemptés de pass sanitaire jusqu’au 30 août.

Depuis plusieurs semaines, un protocole sanitaire est déjà en place. Il inclut le port du masque dans les espaces collectifs, l’application et la sensibilisation aux gestes barrières ainsi que la ventilation et la désinfection des espaces publics. Il faudra attendre les prochaines annonces pour la suite de l’été.