Notre petit lexique amoureux comprend 12 mots pour désigner les nouvelles identités sexuelles et les nouvelles pratiques amoureuses. Alors, vous vous sentez plus demisexuel.le, cisgenre, disphorasexuel ou autosexuel ? 12 mots, 12 mois : en 2022 ça va secouer (ou pas) !

Asexuels
Ça ne sert pas à grand-chose de s’exercer au strip-pole dance pour émoustiller un.e asexuel.le. L’« ACE » restera comme une poule devant un couteau. Et ne le prenez pas personnellement, la personne asexuelle ne ressent aucun désir pour quiconque. Cependant les ACE peuvent tout à fait souhaiter construire une vie à deux, mais sans la bagatelle. À bon entendeur…

Autosexuel
On ne prendra pas une personne autosexuelle à se contorsionner pour essayer un jean, et de guerre lasse face à un popotin jugé peu flatteur, le remettre en rayon. Les autosexuels s’autokiffent. Dans le sens sexuel du kiff. Cette fatale attraction pour son propre corps confirme l’adage « on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même ».

Bicurious
Le.a Bicurious est potentiellement très (très très) open sur la question de la bisexualité. La curiosité bien aiguisée, il lui suffira d’un petit verre en trop (et que la chanson de Katy Perry « I kissed a girl » tombe au bon moment) pour qu’il.elle devienne un tantinet entreprenant.e avec les personnes du même sexe. Mais juste pour voir hein !

Chemsex
« T’aimes les chem ? » Si on vous dit ça sur les réseaux de drague active, on ne parle pas là de cheminées, mais de Chemsex, le sexe sous drogue. Produits psychoactifs qui vont faire vriller vos sens, et accessoirement ont fait plonger un grand nombre d’adeptes dans une addiction dont il est très difficile de se débarrasser.

Cisgenre
Les Hommes et Femmes « CIS » ont une identité de genre en parfaite conformité avec leur sexe de naissance. Très à l’aise avec leur sexe social, ces petits privilégiés n’auront aucune annonce à faire ni aucun combat administratif à mener… Jamais. Mais ils doivent se plier aux attentes de la société en fonction de leur genre, à savoir être sensible et aimer les poneys si on est une femme, ou ne jamais pleurer et savoir démonter une boîte à gants si on est un homme.

Demisexuel
Paul Rudd ou Kendall Jenner vous émoustillent ? Vous n’êtes donc pas demisexuel.le. 
Une personne demisexuelle ne peut ressentir du désir physique uniquement pour quelqu’un avec qui elles auront tissé un lien émotionnel fort. Une histoire sans lendemain est un concept qui ne peut pas être envisagé un instant. Mais tout comme une relation platonique. En gros, les demisexuels seraient bien taillés pour l’Amour…

Dysphorasexuel 
Du grec « dys » voulant dire difficile, et « phoros » ayant le sens de « lourd tribut ». Bref, si vous voulez faire déguerpir fissa un.e dysphorasexuel.le, brandissez-lui une image d’acte sexuel. Rien que l’idée même d’un accouplement est pour eux carrément impossible à supporter. Eurk.

Hypersexuel
Mieux vaut tenir la route si vous vous mettez en ménage avec un.e Hypersexuel.le. Avant on les appelait satyres ou nymphomanes. Hypersexuel.le c’est plus joli, mais tout aussi cadencé. Ce sera partout, tout le temps. Vous voilà prévenu.e. Partant.e ? Accrochez votre ceinture, ça risque de secouer !

Non binaire
Les non-binaires peuvent se sentir homme ou femme, la combinaison ou aucun des deux d’ailleurs. Ils prendront un peu plus de temps à se décider face aux formulaires administratifs, et finiront par chiffonner la feuille. M, Mme ou Melle, très peu pour eux. On parle aussi de dysphorie de genre (DG), ou quand l’identité de genre ne correspond pas au sexe assigné à la naissance…

Pansexuel / Panromantique
Les personnes pansexuelles sont au sexe ce qu’un flexitarien est à la gastronomie. Elles mangent de tout. Le.a pansexuel.le ne tient absolument pas compte du genre de l’autre. Il-elle sera séduit.e par ce que dégage la personne. Le sexe étant l’expression de l’amour romantique et spirituel. L’expression galvaudée « ouvrir le champ des possibles » prend enfin ici tout son sens.

Polyamour / Polysexuel
Le polyamoureux et la polyamoureuse ne sont pas exclusifs. Ils entretiennent plusieurs histoires d’amour en même temps, avec le consentement éclairé des parties prenantes. Des amours libres et assumés basés sur l’art délicat de la multiplication. Les polyamoureux sont devenus, à force, des pros de la communication. Mais seul problème, les grandes tablées pour les fêtes. #organisation.

Trouple
C’est samedi soir, votre conjoint.e a invité un trouple à dîner ? Du coup, rajoutez une assiette. Le trouple c’est 1+1+1 =2. Un couple, mais à trois. C’est plus profond que du simple triolisme. L’intégralité du territoire du couple y est explorée en trio. Cependant, pas de reconnaissance en France pour les trouples, contrairement à d’autres pays comme la Colombie qui a autorisé un mariage entre 3 hommes en 2017.