La marque de prêt-à-porter Gaâla lance deux nouvelles pièces de mode durable. Des tailleurs jupes élégants à porter au travail ou à la tombée de la nuit.

Plus de 120 milliards de dollars de surplus de tissus de haute qualité et intacts provenant de maisons de couture sont stockés dans des décharges en attendant d’être jetés ou incinérés. On appelle ces montagnes de tissus laissés à l’abandon « deadstock ».

La marque Gaâla, en véritable « chasseuse de trésors », a décidé de parcourir le monde entier pour récupérer des rouleaux entier de textiles divers et leur donner une seconde vie. La recherche de tissus alimente leur créativité et leurs collections s’inspirent avant tout des tissus qu’ils prennent. De la soie de grande qualité de Hangzhou (Chine) laissée par les maisons de couture italienne, ou encore du lin provenant de la Biélorussie. En raison de la nature limitée des « deadstock », certains motifs ne peuvent pas être tout le temps reproduits dans le même tissu. Cela signifie que chaque vêtement Gaâla est unique en son genre.

Les deux nouvelles pièces sont des tailleurs jupes, intemporels et chics. L’ensemble écru est affiché au prix de 330 €. L’autre modèle en tweed est disponible à partir de 235 €.