©Mega

C’est la question que se pose Taina Bofferding, la ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes. La crise liée à la Covid-19 a eu de multiples impacts sur notre quotidien et pourrait affecter davantage les femmes que les hommes. 

La crise sanitaire qui se répand depuis début 2020 partout dans le monde a fortement changé notre mode de vie. Le coronavirus affecte le domaine de la santé mais la crise qui en découle déclenche bien d’autres changements au quotidien. Il a totalement bouleversé le monde du travail, de l’éducation, la vie en société, mais aussi la vie domestique. Tous ces changements ont affecté les hommes et les femmes de manière inégale. Ces dernières ont en général dû prendre plus de congés que les hommes afin de s’occuper des enfants et des tâches domestiques.

Questionnement sur l’égalité des sexes

Le ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes (Mega) craint la répercussion négative qu’ont pu avoir ses changements sur les avancées en terme d’égalité des sexes. Tania Bofferding explique l’impact indéniable de la crise sur les femmes. « Nous constatons également que les femmes ont été plus engagées dans l’éducation des enfants à domicile durant la période du premier confinement, et de même pour les tâches domestiques […] Un réel danger existe, celui de retourner vers les stéréotypes des années 1950 en matière d’égalité femmes-hommes. Comme l’annonce le Forum économique mondial, les retombées du coronavirus pourraient être pires pour les femmes que pour les hommes. »

Projet d’étude en cours

Ce 20 janvier, la ministre du Mega a signé une convention de coopération avec le LISER – Luxembourg Institute of Socio-Economic Research. L’objectif est de mesurer l’impact réel que la Covid a eu sur l’égalité des sexes. Les résultats de l’étude sont prévus pour fin 2021. Celle-ci sera basée sur : 

  • les différences entre les femmes et les hommes se rapportant aux aspects de santé directement liées à la COVID-19,
  • l’impact des mesures introduites par le gouvernement luxembourgeois à la suite du premier confinement en mars 2020,
  • l’impact de la crise sur les femmes et les hommes sur le chômage et les ressources financières,
  • le recours au télétravail par les femmes et les hommes, ainsi que les différences entre les sexes en terme d’emploi du temps dans le contexte de l’éducation à domicile et dans l’exécution des tâches domestiques,
  • les différences dans l’attitude portée à l’égard de la crise en général et les mesures pour endiguer la pandémie en particulier, telles que par exemple lesdits « gestes barrières ».

«Durant un an, nous allons rassembler toutes les perspectives pour comprendre comment la situation évolue en termes d’égalité entre les hommes et les femmes » souligne Aline Muller, la directrice du LISER.

À lire aussi