Le président américain Donald Trump a pour la première fois reconnu mardi que les Etats-Unis subissaient une hausse « inquiétante » des contagions dans une partie du pays.

« Nous implorons les jeunes Américains d’éviter les bars bondés et les rassemblements en lieux clos bondés », a déclaré Donald Trump à la Maison Blanche, en demandant aux Américains de se laver les mains, de pratiquer la distanciation physique et de se masquer.

« Cela va sûrement, malheureusement, empirer avant de s’améliorer », a-t-il concédé, rompant avec l’optimisme qui caractérisait jusqu’à présent ses commentaires sur la crise sanitaire, alors que les Américains désavouent sa gestion de la pandémie, selon de multiples sondages.

L’épidémie, qui a fait selon le dernier décompte de l’AFP au moins 610.604 morts et contaminé plus de 14.736.130 personnes dans le monde, continue de progresser.

Flambée en Floride

Aux Etats-Unis, plus de 60.000 nouveaux cas de contamination en l’espace de 24 heures ont été recensés pour le septième jour consécutif.

Comme le répètent depuis des semaines les experts et notamment le désormais célèbre immunologue américain Anthony Fauci, la situation est particulièrement inquiétante dans des Etats du Sud comme la Californie, la Floride ou le Texas. En Floride, il ne restait plus lundi que 18% des lits disponibles dans les services de soins intensifs.

Distancé dans les sondages par le démocrate Joe Biden à bientôt cent jours de la présidentielle et critiqué pour sa gestion de l’épidémie, Donald Trump semble vouloir tenter de reprendre l’initiative. Il a repris mardi ses conférences de presse régulières sur la crise sanitaire.

À LIRE AUSSI