Au cours de la dernière semaine, le nombre de cas positifs déclarés et le nombre de contacts identifiés ont été en très forte augmentation par rapport à la semaine précédente, dépassant 1.000 contacts.

146 nouvelles infections ont pu être détectées pour la période du 22 au 28 juin. Comme le démontrent les données statistiques, ce sont surtout les jeunes adultes qui sont concernés avec 15,2% parmi les personnes entre 25 et 29 ans, 11,3% pour la tranche d’âge de 30 à 34 ans et 10,4% pour les jeunes de 20 à 24 ans. La moyenne d’âge étant de 35 ans.

Il s’avère donc que la dernière phase de déconfinement du 10 juin, qui a abouti à un assouplissement de certaines restrictions au niveau de la vie sociale, a eu pour conséquence une recrudescence du nombre de nouvelles infections.

Nouveaux « clusters »

Parmi les principaux lieux d’infections « clusters », les enquêtes de l’Inspection sanitaire de la Direction de la santé ont révélé en premier lieu les fêtes privées (fête de famille, BBQ, etc.) lors desquelles les règles d’hygiène (port de masque, obligation d’être assis) ou les gestes barrière recommandés n’ont pas été respectés. Par ailleurs, une vingtaine de nouveaux cas peuvent être liés à une même famille.

Ensuite, de nouvelles infections sont également apparues dans une grande entreprise, avec 10 cas positifs apparus au cours des 4 derniers jours. Il n’est pas exclu qu’il y ait un lien avec le cluster d’une fête privée. Une planification de tests à plus large échelle sur place est faite.

Avec la reprise des vols, plusieurs nouveaux cas ont également été répertoriés, avec 8 cas COVID-19 positif dans des avions revenant de différentes destinations entre le 22 et 28 juin. Dans le secteur scolaire, on observe des cas sporadiques, mais jusqu’à présent seulement deux foyers limités à 2-3 personnes.

Au niveau contact tracing, deux cas étaient à haut risque de contamination large, dont une personne asymptomatique (>50 contacts à tracer) et une personne symptomatique (>80 contacts à tracer). La proportion de personnes symptomatiques est élevée (77%), ce qui est complètement différent de la distribution observée jusqu’à maintenant.

Le large scale testing: mise en place d’une deuxième phase

En mettant en place un projet de « large scale testing », le Luxembourg s’est doté d’un instrument qui s’intègre dans la stratégie nationale de lutte contre le SARS-COV-2. Entre le 25 mai et le 26 juin 2020, 561.772 lettres d’invitation ont été envoyées aux résidents et aux travailleurs frontaliers du Luxembourg.

Au total, jusqu’au 26 juin inclus, 103.282 rendez-vous ont été pris et 98.071 échantillons prélevés, ce qui correspond à un taux d’adhésion de 95% aux prises de rendez-vous et à un taux de participation de 17,5%. 33 cas positifs ont pu être identifiés par le large scale testing depuis le début du projet.

Il ressort des dernières modélisations de la COVID-19 Task Force de la Recherche, que le large scale testing est un outil efficace pour endiguer de manière significative une 2e vague, car il permet d’identifier et d’interrompre rapidement des chaînes de transmission.

Afin de se doter des capacités pour accompagner de manière efficace la situation épidémiologique et contrôler la propagation du virus, à moyen voire à long terme, le gouvernement prévoit de mettre en place un dispositif de testing à large échelle au-delà de la durée de vie du projet initial.

Limiter les contacts !

Suite à l’augmentation du nombre de nouvelles infections du COVID-19, le gouvernement réitère son appel aux citoyens de rester vigilants et de faire preuve de responsabilité. Afin de limiter la propagation du virus, de maintenir les capacités hospitalières nécessaires et d’éviter un reconfinement potentiel, il est plus que jamais important d’observer certaines règles et recommandations (limiter et contrôler les contacts, respecter les règles de distanciation et le port du masque, participer aux tests à large échelle, respecter les gestes barrière).

Communiqué par le ministère de la Santé

À LIRE AUSSI