Une luxembourgeoise, une Française et une Allemande, toutes les trois, des athlètes remarquables. On vous livre le portrait de trois championnes marquantes, non seulement par leur performance, leur sens de la détermination et leur goût pour la compétition.

Par Fanny Muet

Fierté nationale : le Luxembourg à vélo

À seulement 34 ans, Christine Majerus incarne l’image d’une jeune cycliste déterminée portant avec dignité les couleurs de son drapeau national. Débutant sa carrière au cours des années 2000, elle s’impose rapidement comme la meilleure dans son domaine à l’échelle nationale en tant que championne du Luxembourg du contre-la-montre entre 2007 et 2009 puis de 2012 à 2020.

Championne du monde lors de l’épreuve du contre-la-montre par équipes en 2016 à Doha, Christine Majerus porte le drapeau luxembourgeois avec fierté. Et son palmarès continue de s’allonger. Nommée porte-drapeau de la délégation du Luxembourg aux Jeux Olympiques de Tokyo cette année, elle participe à l’épreuve de la course en ligne. Elle termine vingtième de la course. Christine Majerus est élue à plusieurs reprises “sportive luxembourgeoise de l’année”, notamment de 2015 à 2018 sans perdre son titre.

Quand rien ne nous arrête : enceinte et médaillée olympique

Valériane Vukosavljevic. Ce nom, vous l’avez peut-être entendu lors des Jeux Olympiques de Tokyo ayant eu lieu récemment. Cette jeune femme de 27 ans fait partie de l’équipe olympique française de basketball. Non seulement reconnue pour ses résultats aux Jeux et sa médaille de bronze avec sa délégation, elle a également marqué les esprits après une annonce hors du commun à la fin de la compétition : Valériane Vukosavljevic est enceinte de trois mois et demi. Irresponsable ? Insensée ? Dangereuse ? Non, la joueuse française ne considère pas sa grossesse comme une “maladie”.

Sa gynécologue aurait donné son accord quant à sa participation aux Jeux et à l’Euro, assurant que sa grossesse n’impacterait pas sa pratique sportive, comme l’annonce elle-même la jeune femme dans un entretien sur France Info. Valériane Vukosavljevic explique aussi que son choix de cacher sa grossesse durant les compétitions était d’abord une décision prise pour éviter toute prise de tête avec les médias ou les réactions inattendues des autres joueuses. « J’avais peur que des coéquipières, ou même des adversaires, agissent différemment avec moi sur le terrain, sous prétexte que j’étais enceinte.« , expliquait-elle au micro de France Info.

Ne rien changer, croire en soi et tenir ses objectifs : Valériane Vukosavljevic est championne de France, vice-championne d’Europe et médaillée de bronze olympique. La grossesse est une étape possible dans la vie d’une femme et elle assume complètement son choix, d’autant plus qu’il était soutenu par son équipe médicale.

Remarquable et incassable : la force d’Irmgard Bensusan

Née en Afrique du Sud, Irmgard Bensusan participe à de nombreuses courses de haies et s’affirme en tant que sprinteuse junior au niveau national en athlétisme. Malheureusement, elle se blesse en 2009. Son accident survient lors d’une compétition de haies : elle se coince gravement un nerf dans le bas de la jambe droite entraînant alors une paralysie sous son genou. Elle concourt donc comme “personne valide” pour son pays natal pendant longtemps et finit par déménager en Allemagne peu avant le Grand Prix de Berlin en 2014. Elle y obtient une certification attestant de son statut de para-athlète.

Depuis, elle fait partie des athlètes représentant l’Allemagne sur de nombreux championnats comme les Jeux Paralympiques de Rio en 2016 où elle s’affirme sur la deuxième place du podium au 400m ou encore les championnats du monde de Londres l’année suivante où elle remporte la médaille d’or à la même épreuve.

En 2019, Irmgard Bensusan est nommée para-athlète de l’année en Allemagne et se dit déterminée à participer aux éditions 2020 des Jeux Paralympiques de Tokyo. Nous la suivrons de près, dans ce cas, d’ici quelques jours.