×

Anthony Van Den Bossche : « Nous étions de petits égoïstes chrétiens au milieu d’un conflit de territoire, et notre seul intérêt était la création »

Parfois les choses ne se passent pas tout à fait comme elles étaient prévues. Mais ces impondérables, ces petits imprévus que vous réserve la vie peuvent aussi se révéler éminemment créatifs et inspirants.

Anthony Van Den Bossche est bien placé pour en parler. D’un projet de manifeste sur « The Attempt » le projet vidéo de Stéphanie Rollin et David Brognon, le voilà embarqué dans un périple au cœur de la mystérieuse Jérusalem, à un moment particulier de son histoire : « l’intifada » des couteaux. La suite ? Un premier roman, qui retrace leur périple artistique de neuf jours. Performance a paru le octobre. L’occasion pour nous d’aller à sa rencontre.

Comment est né Performance ?

L’envie d’écrire un livre était présente depuis longtemps. J’attendais que ce soit le bon moment, la maturité. Quand David et Stéphanie ont reçu la commande de ce projet artistique au cœur de Jérusalem, j’ai proposé de les accompagner. J’avais moi-même à y faire et ils voulaient conserver une trace écrite de leur vidéo. J’ai proposé de le faire. Une fois sur place, rien ne s’est déroulé comme prévu. Nous sommes arrivés en plein « Intifada des couteaux » et cela a bousculé tous nos plans. Il a fallu renoncer au premier plan. Obstiné, David ne voulait pas revenir sans faire quelque chose. Il y avait tant de matière à créer ! De mon côté, cette aventure a été une source d’inspiration incroyable. J’ai alors décidé de laisser de côté le premier texte sur lequel je travaillais, pour me nourrir de ce voyage. Naturellement, la réalité a pris le pas sur la fiction. Performance voyait le jour.

Et d’ailleurs, pourquoi ce titre ?

Il est assez transparent, mais se lit à plusieurs niveaux. Il évoque tout d’abord « The Attempt » qui a dû être annulée. Et de cet empêchement est né une nouvelle performance. Et c’est là aussi une performance, au sens premier du terme. Ce titre a un petit côté pompeux, c’est vrai, mais il décrit fidèlement ce que nous avons vécu à Jérusalem (rires) !

Evoquer la situation d’Israël n’était pas un sujet ‘casse-gueule’ ?

Si bien sûr ! Explosif, même. On peut très vite glisser ? Mais notre démarche, et donc celle de ce roman, est d’apporter un regard à la fois subjectif – nous étions les spectateurs au premier rang de l’intifada – et artistique. Notre mission était bel et bien de capturer un symbole de ce territoire déchiré. A aucun moment, nous ne prenons partie. Je me contente de décrire la violence de cette réalité. Nous étions bien protégé dans notre ‘bulle du touriste’, nous n’étions pas menacés, presque pas concernés, finalement : nous étions de petits égoïstes chrétiens au milieu d’un conflit de territoire, et notre seul intérêt était la création.

Quelle est votre place au sein du duo ?

Alors que je n’étais venu que qu’en qualité de témoin pour The Attempt, je me suis retrouvé, malgré moi, acteur. Je suis entré dans leur processus créatif et, d’ailleurs, la vidéo qui a été signée est de nous trois.

Si le texte est très ancré dans la réalité géopolitique, plusieurs épisodes nous invitent à entrer dans votre intimité. Quel est l’intérêt de ces anecdotes ?

Ce n’était tout simplement pas possible de ne pas mettre de nous dans cette histoire. Cela vaut pour n’importe quel œuvre, d’ailleurs. Et le parallèle entre ce territoire pour lequel ces deux peuples se déchirent depuis la nuit de temps et notre relation à tous les trois était tellement évident qu’il ne pouvait décemment pas être passé sous-silence « elle est notre territoire partagé ». Et ces anecdotes éclairent, in fine, le processus créatif. L’agoraphobie de Stéphanie, par exemple, est intrinsèquement liée à leur processus créatif : ces frontières, au-delà desquelles l’art les emmène.

Quels sont vos projets ?

J’ai repris en main mon premier projet de fiction, et vous n’en saurez rien pour le moment (rires) ! Il faudra patienter jusque début 2019, si tout va bien !

Performance, Anthony Van Den Bossche, aux éditions Arléa, Collection « 1er / Mille »

Anthony Van Den Bossche sera présent à Luxembourg le jeudi 16 novembre de 17h30 à 20h30 à la Librairie Alinea (5 rue Beaumont, à Luxembourg) pour la signature de son livre. Plus de renseignements sur l’événement ici.

 

Agenda

Culture, bons plans,
business, night, resto, kids ?
Trouvez toutes vos soirées
dans notre agenda!

Rechercher
De À

Newsletter

Abonnez-vous & recevez les dernières actus!

Immobilier

Vous cherchez un appartement? Une maison? Un terrain? Rechercher


En collaboration avec athome.lu

Rejoignez-nous

+Cliquez pour charger plus d'articles

Inscrivez-vous à notre newsletter pour découvrir deux fois par semaine, des actus locales, des nouvelles tendances mode, des infos culture, business...