×

Prévenir le burn-out

Nouveau mal du siècle, le burn out – ou épuisement professionnel – n’épargne aucun secteur d’activité. Ni les femmes. A force de vouloir être une working girl parfait, en plus de mener sa vie de femme et de mère de famille, on s’épuise.

Oui, on fait tout ce qu’il faut. Levée à 6h pour méditer quelques minutes, avoir le temps de se préparer, préparer le petit-déjeuner des ses enfants, et être fraîche et pimpante au bureau. La pause de midi? Un sandwich avalé en quelques minutes devant l’ordi, histoire de peaufiner son dossier pour le meeting de 14h30, avant de courir faire quelques courses et d’aller rechercher son tailleur au pressing. 18h, on est devant la crèche et c’est parti pour 1h30 de vie de maman parfaite : devoirs dès plus grands, bain, dîner, histoire. Et enfin, préparation du dîner… Avez-vous seulement pris du temps pour vous?

Car si le burn-out est un mal qui se développe dans le cadre professionnel, comme l’a souligné dans son livre, la vie privée et affective a également un rôle à jouer. En effet les personnes qui sont bien épaulées chez elles, qui ont un cadre familial et affectif stable, parviennent mieux à gérer le stress professionnel, et on moins de chances de le laisser happer par le burn-out.

Il est très difficile de se remettre d’un burn-out, donc autant agir en amont et tenter de se préserver pour éviter de plonger.

Pratiquer une activité physique

Alors qu’il faudrait faire de l’exercice pour évacuer le stress, on ne prend plus le temps car on croûle sous la charge de travail. Grave erreur, le sport est une formidable soupape qui permet de se défouler et d’évacuer le stress qui fatigue et consume l’organisme à petit feu.

Lâcher-prise et arrêter de vouloir être parfaite

Plus facile à dire qu’à faire, certes, mais c’est la règle numéro un pour ne pas se laisser dévorer par sa vie professionnelle. On accepte de ne pas être parfaite. Comment? En avouant qu’on préfère passer son vendredi soir sur son canapé en regardant de la guimauve plutôt que se pavaner à l’opéra en hurlant qu’on adooooore Verdi. Il est important de retrouver du plaisir en faisant des choses qui nous plaisent à nous, et non pour suivre les diktats de la société.

Apprendre à dire non

Le burn-out naît souvent d’une surcharge de travail, qui vient encore s’ajouter à ce que l’on avait déjà à faire. Dire non ne se résume pas à dire qu’on n’est pas capable, mais avant tout de clarifier son rôle au sein de l’entreprise. Il ne s’agit pas de dire non à tout, mais de le faire intelligemment, en informant ses supérieurs, eu leur expliquant notamment tous les projets sur lesquels on travaille, puis en déterminant avec eux ceux qui sont prioritaires. L’objectif est de rendre compte objectivement de sa charge, afin d’optimiser au mieux son temps de travail.

Prendre le temps de vivre

En continuant à avoir une vie sociale, et mieux en mettant sa vie personnelle au premier plan. Réussir à dire «ça n’est qu’un travail», le penser c’est mieux. Dans un société où la réussite professionnelle est un gage de bonheur, renoncer et dire que sa vie privée compte davantage, c’est presqu’un acte militant. Mais c’est à ce prix que l’on peut espérer avoir un équilibre.

Cela passe aussi par le fait de prendre le temps d’avoir une hygiène de vie équilibré: s’octroyer le droit de prendre une vraie pause déjeuner – sans culpabiliser – manger équilibré, dormir… Des petits riens qui, mis bout à bout, font beaucoup.

Refuser le présentéisme

Etre présente durant ses horaires, d’accord. Etre la une heure avant, deux heures après et saboter sa pause déjeuner, c’est non. S’investir dans son travail ne signifie pas abnégation, et faire des heures supp à rallonge ne permet in fine pas d’être plus efficace et d’abattre plus de travail. Faire du zèle ne profite ni à l’entreprise ni à vous!

Déconnectez!

Les Smartphones, et autres tablettes et laptop, ont leur part de responsabilité. Comment déconnecter quand on est joignable 24H/24, tous les jours? N’acceptez pas systématiquement d’emporter du travail chez vous, et une fois la porte du bureau franchie, coupez votre téléphone. Et surtout, on n’emporte pas son téléphone de la chambre. Vos nerfs et votre vie amoueuse vous diront merci!

Soyez moins exigeante

Et accordez-vous le droit de ne pas être parfaite, tous les jours, à chaque instant. Prenez du recul, moquez-vous de vous même, dédramatisez vos boulettes et riez-en. C’est une excellente soupape de décompression.

Pensez à vous d’abord. N’acceptez pas toutes les invitations, sous prétexte qu’il faut que vous soyez présente. Si, on doit sortir pour réseauter, on veille à ne pas en avoir tous les soirs de semaine, et on garde du temps pour faire des choses que l’on aime, juste pour soi.

Agenda

Culture, bons plans,
business, night, resto, kids ?
Trouvez toutes vos soirées
dans notre agenda!

Rechercher
De À

Newsletter

Abonnez-vous & recevez les dernières actus!

Immobilier

Vous cherchez un appartement? Une maison? Un terrain? Rechercher


En collaboration avec athome.lu

Rejoignez-nous

+Cliquez pour charger plus d'articles

Inscrivez-vous à notre newsletter pour découvrir deux fois par semaine, des actus locales, des nouvelles tendances mode, des infos culture, business...